Ma grande / Claire Castillon

Livre

Castillon, Claire. Auteur

Edité par Gallimard. Paris - 2018

Un père vit un mariage sans amour. Malgré les souffrances psychologiques, il s'entête à rester auprès de sa femme et de leur enfant. Jusqu'au jour où il commet l'irréparable. ­Electre 2018
Avis des bibliothécaires : Il l'a tué....cet homme qui avoue d'emblée avoir tué sa femme, nous raconte son long calvaire d'homme martyrisé par une compagne autoritaire et violente. Excellent roman qui traite d'un sujet assez peu abordé en littérature Par Claudie

Autres documents dans la collection «Blanche»

Avis des bibliothécaires adultes

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Les messieurs / Claire Castillon | Castillon, Claire. Auteur

Les messieurs / Claire Castillon

Livre | Castillon, Claire. Auteur | 2016

Une série de nouvelles sur le thème du couple classique de la jeune fille et du séducteur d'âge mûr. Electre 2016


Sujet(s) : adolescence, roman
Sujet(s) : séduction

Cote(s) : R CAS

Localisation : Louis Aragon Adultes ; Apostrophe Adultes

Emplacement : Adultes 5e étage

Les Merveilles / Claire Castillon | Castillon, Claire. Auteur

Les Merveilles / Claire Castillon

Livre | Castillon, Claire. Auteur | 2012

Cynique et moqueuse, Evelyne est une adolescente de 13 ans qui méprise ses parents, tyrannise son frère et chérit son chien Lulu. Un jour, son père mutile Lulu sous ses yeux et sa vie bascule dans la violence.

Cote(s) : R CAS

Localisation : Apostrophe Adultes

Emplacement : Adultes 5e étage

Les Bulles : nouvelles / Claire Castillon | Castillon, Claire. Auteur

Les Bulles : nouvelles / Claire Castillon

Livre | Castillon, Claire. Auteur | 2010

Ces trente-huit nouvelles mettent en scène des personnages avec leurs habitudes et leurs certitudes, leurs mauvaises fois et leur folie douce...

Cote(s) : R CAS

Localisation : Apostrophe Adultes ; Louis Aragon Adultes

Emplacement : Adultes 5e étage

Ceux qui ont emprunté ont aussi emprunté

En attendant Bojangles / Olivier Bourdeaut | Bourdeaut, Olivier (1980-....). Auteur

En attendant Bojangles / Olivier Bourdeaut

Livre | Bourdeaut, Olivier (1980-....). Auteur | 2016

Un petit garçon assiste à l'amour fou qui unit ses parents, un couple fantasque. Mais un jour, les excentricités de sa mère commencent à dépasser les limites de la raison. Son père décide de l'envoyer dans une clinique psychiatriq...

Remarqué par les bibliothécaires


Sujet(s) : amour, roman

Cote(s) : R BOU

Localisation : Louis Aragon Adultes ; Apostrophe Adultes

Emplacement : Adultes 5e étage

Rien ne s'oppose à la nuit / Delphine de Vigan | Vigan, Delphine de. Auteur

Rien ne s'oppose à la nuit / Delphine de Viga...

Livre | Vigan, Delphine de. Auteur | 2011

Au coeur de la mémoire familiale, entre souvenirs lumineux et secrets enfouis, un roman autour de Lucile, la propre mère de Delphine de Vigan. Prix roman France Televisions 2011. Prix Renaudot des lycéens.Avis des bibliothécaires ...

Avis des bibliothécaires adultes


Sujet(s) : mère, roman
Sujet(s) : famille, roman
Sujet(s) : maladie, roman
Sujet(s) : trouble psychique

Cote(s) : R VIG

Localisation : Louis Aragon Adultes ; Apostrophe Adultes

Emplacement : Adultes 5e étage

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Descente aux enfers 4/5

    Il l'a tué....cet homme qui avoue d'emblée avoir tué sa femme, nous raconte son long calvaire d'homme martyrisé par une compagne autoritaire et violente. Excellent roman qui traite d'un sujet assez peu abordé en littérature. Par Claudie

    par Claudie Le 12 juin 2018 à 15:05
  • POURQUOI J'AI TUÉ MA FEMME 4/5

    Tout au long de ce court roman un profond malaise gagne le lecteur témoin du calvaire que vit cet époux résigné auprès d'une épouse à l'acmé de l'ignominie et de la cruauté morale. Tous les personnages, et notamment leur petite fille, prennent vie en quelques séquences efficaces. Un très bon roman à ne pas mettre entre les mains d'épouses dominatrices !

    par M. LOTOUX François Le 08 juin 2018 à 23:40